Réforme de l’examen théorique du permis B (auto)


Depuis le premier janvier 2018, l’examen théorique pour le permis B a été reformé et réintroduit le principe des fautes graves. Contrairement à la légende, ce nouvel examen n’est pas plus dur pour les candidats correctement préparés et insiste sur des points fondamentaux de la conduite et du Code de la route belge.


Réforme de l’examen théorique du permis B (auto)
Le principe des 50 questions reste identique et il faut toujours obtenir 41 bonnes réponses minimum pour être reçu à cet examen théorique qui se déroule sur un ordinateur en salle.
La nouveauté pour 2018 est que certaines fautes enlèvent désormais 5 points et non plus un seul point. Une seule faute grave est donc possible, deux fautes graves et vous êtes mathématiquement recalé.

Les fautes graves en détail

Les fautes graves concernent le dépassement de la vitesse autorisée et les infractions des 3e et 4e degré. L’ arrêté royal du 30 septembre 2005 précisent ces infractions en détail.
En pratique, les fautes graves sont logiques et évidentes, franchissement d’un feu rouge, d’une ligne continue, demi tour sur autoroute, emprunter un sens interdit c’est à dire des points fondamentales de la conduite quotidienne et de la formation.

Le certificat d’enseignement des 12 heures de cours indispensable après deux échecs

Si l’examen reste toujours accessible et que vous pouvez le tenter autant de fois que vous le voulez, après deux échecs, vous devrez présenter le certificat d’enseignement qui atteste que vous avez suivi 12 heures de cours auprès d’une auto-école agréée et qui délivre ce certificat.
Le coût de l’examen théorique pour le permis B reste fixé à 15 € pour chaque présentation. En Wallonie il se déroule en langue française dans tous les centres d’examen et peut se passer avec une traduction en néerlandais sur rendez-vous. Seul le centre d’examen à Eupen le propose en langue allemande.

Dimanche 25 Février 2018
Christophe Harmand