Menu

Toutes les "très" bonnes raisons de passer son permis de conduire


Depuis peu, il existe un vrai « permis bashing », passer son permis auto serait inutile, voire d’un autre âge. Le permis de conduire est ringard pour certains, mais ce courant de pensée est carrément en trompe-l’œil. À l’inverse, avoir son permis de conduire est totalement indispensable et en voici toutes les "très" bonnes raisons.


Si en 2018, il est légitime de se poser la question de la pertinence de passer so, permis de conduire, en revanche, il est évident que la réponse reste encore aujourd’hui carrément positive. En prenant de la perspective pour toute une vie et l’ensemble des facteurs de qualité de vie autant sur le plan professionnel, que personnel, social, familial et même en parlant de véhicules autonomes.
Avoir un permis ne signifie pas non plus posséder une auto, mais avoir le droit et donc la possibilité d’en utiliser une. Acheté, loué, emprunté, le permis B permet tout mais reste indépendant du fait de posséder une auto.
Le « permis » permet de conduire une voiture et cette dernière permet d’aller de n’importe quel point A à n’importe quel point B en totale autonomie, quelle société moderne voudrait en réalité se passer de la fonction « auto mobile ».

Pour le travail

Professionnellement, le permis est indispensable. Le monde du travail demande et demandera encore plus de mobilité à l’avenir. Se rendre à son travail est une chose et se déplacer professionnellement en est une autre. Aucun métier ne peut réellement se passer de mobilité et avec des responsabilités, le permis de conduire est carrément indispensable. Imaginez-vous avec des changements et des évolutions professionnelles, des reconversions, des mutations. Aujourd’hui, ne pas avoir son permis revient à hypothéquer son avenir professionnel avant même de parler d’un frein à la première embauche. Sans permis B vous envoyez un signe négatif aux recruteurs.

Pour la vie à deux, en famille ou pas

Même chose pour les besoins familiaux. Pour partir en vacances ou bien simplement pour répondre à des besoins de mobilité avec des enfants, les transports en commun ne sont pas super adaptés, surtout avec un bébé. Essayez de déménager ou simplement de récupérer un objet encombrant sans un petit camion de location, l'opération est soit une galère, soit vous êtes dépendant d’autres personnes.
Dans le cadre des loisirs, le permis de conduire et donc l’auto sont également indispensables dans biens des cas. Qui plus est, si vous voyagez à l'étranger en partant en train ou en avion et que vous prévoyez de bouger sur place, mieux vaut être titulaire du permis pour pouvoir louer une voiture. Aujourd’hui vous vivez en ville, mais demain à 30 ans peut-être que vous vivrez ailleurs. Ne pas avoir son permis est aujourd’hui un frein au développement personnel.

Car la voiture autonome ne signifie pas la fin du droit à la conduite

La voiture autonome arrive avec son plein de fausses idées. La principale étant qu'a contrario de ce que l'on pourrait croire : le véhicule sans conducteur n'est pas pour demain. Il faudra avant cela que les constructeurs montent les échelons (il y en a 5 selon la classification européenne). À l'heure actuelle, nous sommes principalement au niveau 2 de cette progression : une automatisation partielle où le conducteur reste superviseur. À ce niveau, la voiture contrôle la vitesse et la direction. Mais l’usage est encore limité aux autoroutes et voies rapides avec marquages au sol bien apparent pour guider la voiture dans sa file. Le stade actuel demande obligatoirement au conducteur de disposer ses deux mains sur le volant, prêt à reprendre le contrôle en cas de besoin. Le cinquième niveau se qualifierait donc par la totale autonomie du véhicule. Cependant, outre la marge de développement technologique encore importante, l'évolution de l'infrastructure est l'autre grand chantier pour l'automatisation des voitures. Et quand bien même sa démocratisation va s'effectuer, les législateurs devraient encore imposer sur une longue période le permis de conduire. Ce dernier va indéniablement évoluer à l’avenir, mais l’obtention du droit à la conduite va perdurer, car tous les véhicules ne seront pas autonomes et que la cohabitation existera encore pour très longtemps, car la technologie est encore extrêmement coûteuse. La démocratisation de la voiture autonome n’est pas pour tout de suite. La fin du droit à la « conduite » encore moins.

Car jeune c’est beaucoup plus facile

La réforme sur la formation et le permis est en marche en Belgique, le parcours pour son obtention n'a jamais été aussi ouvert et profite indéniablement aux jeunes. Sachez que vous apprendrez sûrement plus facilement dans cette période de votre vie, les connaissances théoriques qu'impose le permis. Plus tard, les mauvaises habitudes de vos amis et de tous ceux disposant du permis depuis longtemps vous auront inculqué des bases à revoir peut-être plus en profondeur que vous ne l'aurez pensé... Il n'y a qu'à écouter aussi les conducteurs contraints de devoir repasser le permis et le code dans le cadre d'un retrait de permis et réapprendre les bases en supprimant les mauvaises habitudes peut être un calvaire !
Préférez passer et obtenir votre permis de conduire le plus tôt possible afin d’éviter aussi d’être en situation de rejet par rapport à la formation ou à l’examen.

Pour le plaisir !

Le vilain mot est lâché, les moralisateurs sont démoralisés, mais évidemment, conduire est aussi un pur plaisir. Beaucoup de conducteurs sont encore attachés à une boîte manuelle juste pour bénéficier d’une composante de ce plaisir. La qualité des autos modernes permet réellement d’offrir une sensation agréable à l’action de conduire. Il y a aussi et surtout l’autonomie, l’indépendance, la polyvalence offerte par la fonction automobile. Il faut dire enfin que la voiture autonome à son stade ultime cache un terrible secret. Vous deviendrez obligatoirement un « passager » passif, un mouton et le voyage sera beaucoup moins agréable qu’en tant que conducteur. Nous avons déjà testé avec certains constructeurs, des prototypes et l’expérience n’a rien d’agréable, la prouesse purement technique.

En résumé, le permis de conduire est encore totalement indispensable, clairement le permis bashing s’inscrit dans l’autophobie ambiante, car en réalité c’est le transport individuel qui est visé, avoir son permis n’est pas avoir une voiture ! Indéniablement il est enfin plus facile de décrier le permis et l’automobile, que de réussir son permis et d’acheter une voiture.

Vendredi 9 Février 2018
Christophe Harmand



Dans la même rubrique :
< >
 

Avant le permis | Examens | Permis Auto | Jeune Permis | Conducteur | Auto Conseils | Permis moto | Moto Conseils


Edito

2018 : L’année de toutes les réformes pour les permis


L’univers des permis est sur la voie des réformes en 2018 et dans tout le royaume. La réintroduction des fautes graves à l’examen théorique en janvier dernier a ouvert le bal de la modernisation et des changements plus importants encore sont à venir avec de nouvelles règles pour les candidats au permis auto. Pour les permis motos, une petite révolution se prépare également dans la catégorie A2. La Belgique devrait autoriser la réversibilité du bridage cette année et faciliter ainsi la vie des nouveaux motards détenteurs du permis moto A2. Plus que jamais, un média d’information sur les permis de conduire - simple, pratique et indépendant - exactement comme permispratique.be était donc devenu indispensable.
 

09/02/2018